Elegant Floral Wedding Invitation Card.png

Résumé :

 

Alexandra est une sorcière, mais elle n’est pas que ça!


Métamorphe par son père, elle réintègre leur unité d’élite, les Guardians, lorsque des disparitions surviennent au sein de son peuple. Avec sa meilleure amie, Isabella, elle plonge au cœur de l’enquête. Mais entre attentats et complots, il devient difficile de savoir à qui se fier.


Peut-elle réellement faire confiance à son entourage? Ces disparitions auraient-elles un lien avec celle de sa plus jeune sœur, Megan, survenue dix ans plus tôt?

Capture d’écran 2022-03-07 à 11.25.34.png

Le premier tome des « Euménides » reprend un pan de la mythologie grecque. Pour recontextualiser brièvement ; ce sont des femmes (dans le mythe ; esprits, déesses / dans ce roman ; sorcières) missionnées par une déesse grecque pour tenir un rôle important quant à la paix entre les peuples. 

 

Ici, l’auteure propose de l’urban fantasy, au coeur de clans métamorphes appartenant à différentes races (canidés, félidés, ursidés). Le récit implique également ; vampires, sorcières, Dieux, prophétesse, … Bien sûr les êtres humains jouent un rôle, et peu glorieux avec ça … C’est tout du moins, ce que ce premier volet laisse entendre. 

 

La protagoniste principale est toujours (ou presque) accompagnée de sa meilleure amie. Deux jeunes femmes hautes en couleurs, à la fois puissantes et vulnérables, aux prises avec leurs désirs et leur mission. Leur complicité est attrayante, parfois drôle. Le lecteur les suit tout au long du récit, jusque dans leurs lits. Autant prévenir, ce premier tome propose à la fois de la fantasy, une intrigue inquiétante, mais aussi des passages plus intimes, pour des descriptions érotiques succinctes, mais bien présentes et crues (chose qui ne me déplaît pas, me concernant).

Copie de Elegant Floral Wedding Invitation Card.png

D’ailleurs l’auteure aborde les relations amoureuses sous des angles intéressants. 

 

Liz H. Richardson s’engage à travers son récit, pour la cause des femmes ; auprès des hommes, au coeur des communautés qu’elle imagine, dans leurs relations aux autres, ainsi qu’avec elle-même, et entre elles … Le tout, offrant des personnages féminins forts, indépendants, n’autorisant jamais quiconque de leur marcher sur les pieds, s’imposant et gagnant le respect.

 

Les hommes dans cette histoire, sont, pour ce premier tome, surtout des métamorphes ; imposants, forts, imbus d’eux-mêmes, arrogants, sexistes … Bien sûr, bon nombre d’entre eux font preuve de bonne volonté et de respect, certains sont même attachants. Pour autant, l’auteure a choisi de mettre l’accent sur ; leur nature profonde et la maitrise de leur instinct animal. 

 

Autant dire, qu’ici, les personnages féminins comme masculins ont des caractères bien trempés !

 

L’intrigue tourne autour de nombreux enlèvements. Une unité d’élite en vient à devoir recruter pour étendre le champ des possibles en termes ; de recherches, de sauvetage, de réparation. Ainsi les deux jeunes femmes s’impliquent dans l’évaluation et la formation de jeunes recrues prometteuses. Et ce, bien sûr, entourées de grands et forts métamorphes. À cela s’ajoute la royauté, la soif de pouvoir, des complots, la peur de la différence ou encore des secrets … 

 

L’histoire débute « sur les chapeaux de roues », on ne sait pas où on va, ni pourquoi, mais la lecture commence et on tourne les pages, avide de réponses. Je l’ai lu d’une traite en quelques heures, autant dire que se fut rapide et sans accroc. Le récit est teinté de phases sombres, contre d’autres plus légères et humoristiques. On retrouve l’ambiance de ces séries et romans d'urban fantasy qui allient romance et intrigue. La différence ici, étant que les personnages ont quitté le milieu scolaire depuis longtemps. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’on se confronte à de la Bit-lit. Pour ma part, j’ai eu la sensation de lire une histoire qui se situe entre romantasy et bit-lit. 

 

La plume de l’auteure est fluide et légère, simple, sans fioritures. J’ai reçu un exemplaire comportant quelques coquilles (rien de bien significatif à mon humble avis), l’auteure m’avait prévenue. Rassurez-vous, ceux proposés à la vente sont corrigés ! 

 

Vous l’avez compris, les personnages sont travaillés, bien décrits et tout en relief. La narration change régulièrement (roman choral), permettant au lecteur de se rapprocher de certains protagonistes. Ainsi Liz H. Richardson nous offre le point de vue de quelques-uns de ses personnages, permettant au lecteur, de mettre en lien les situations, tout en prenant en compte l’état d’esprit des protagonistes les plus importants. 

 

Dans ce premier tome, le ou les antagoniste(s) sont présents, mais de façon floue. Ils sont parlés, évoqués, pensés, sans jamais se voir offrir des contours nets. La suite nous les présentera certainement davantage. Ici, le lecteur ne fait qu’imaginer la teneur du danger et l’identité des « méchants ». Tout ce que l’on sait, c’est que des enlèvements sont perpétrés sans jamais laisser de traces. 

 

J’ajouterais que le rythme oscille entre péripéties et temps morts, bien sûr quelques rebondissements sont au rendez-vous, on ne peut pas dire que ce premier tome est dénué d’actions. Mais, je pense qu’il introduit, surtout, en long et en large, sa suite. Liz H. Richardson sait conter son histoire sans perdre son lecteur, et tenir en haleine, c’est indéniable. 

 

Le dénouement me laisse sur ma faim, j’ai hâte de découvrir la suite de ce premier volet à la fois intriguant et attrayant. Aux amateurs de fantasy et de romantasy ce premier opus est fait pour vous !