Elegant Floral Wedding Invitation Card.png

Résumé :

 

Le propulser dans le gouffre de l'oubli, lui offrir les ténèbres comme seul avenir, le tuer cet homme dont elle ne prononce jamais le prénom.
L. tourne et retourne ce projet dans son esprit, vacillant entre détermination froide et souffrance violente, entre cauchemar et réalité.
Les idées se bousculent, s'invectivent, s'amalgament, entremêlées aux mots fracassants du journal de Laura

"Demain je me pendrai" avait écrit Laura. On la retrouva pendue dans la forêt de Fausses-Reposes.

Ce n'était que le début...

Toutes les offenses sont-elles pardonnables? Les actes de Léo, aussi abjects soient-ils, justifient-ils de le supprimer du monde des vivants? Rien n'autorise que l'on s'octroie le droit de vie ou de mort.

Capture d’écran 2022-03-07 à 11.25.41.png

« Le gouffre de l’oubli » est un premier roman, noir, thriller psychologique réussi. Mais aussi et surtout, mon premier coup de coeur du mois de mai !

 

L’histoire est captivante, emplie d’un suspense qui ne fait que gonfler, semant les élucubrations d’une vengeance murement pensée … Le tout au coeur d’une intrigue simple mais rondement menée, solide et même insidieusement bien amenée. On ne saurait imaginer jusqu’où on va sombrer.

 

Ici, l’auteure installe une atmosphère pesante, malaisante, sans en faire trop. Elle nous présente ses personnages tout en les enveloppant de mystère. Qu’il s’agisse de leurs personnalités, de leurs interactions, de leurs choix ou encore de leurs évolutions, c’est très cohérent et crédible.

 

On observe alors, au détour de chaque page, les imbrications d’un esprit dominateur et foncièrement mauvais. Incarné par un personnage à l’ego démesuré, qui jouit de l’emprise qu’il a sur autrui. Convaincu de sa supériorité, il joue avec les nerfs de ceux qu’il prétend aimer, tout comme de ceux qu’il hait, tournant, à coup sur, les situations à son avantage.

Copie de Elegant Floral Wedding Invitation Card.png

Ainsi, il niera inéluctablement sa responsabilité et les conséquences de ses actes, et placera toujours l’Autre en acteur de sa déchéance et de son malheur. Un grand manipulateur, dont la noirceur ne saurait avoir d’égal que son manque d’empathie et son narcissisme.

 

Face à lui se succèderont les âmes de protagonistes vulnérables, influençables. Des êtres simples, attirés par lui comme un insecte l’est par une flamme. Comment résister aux miettes d’attention qu’il accorde ? À son charisme magnétique ? À sa réussite et le parfait contrôle qu’il exerce sur sa vie ? Il en impose, prend toute la place, brille par son intellect et son éloquence, … A tel point que, tous ceux auxquels il accorde un demi-regard, se sentent enfin exister l’espace d’un instant.

 

C’est sans compter sur la vengeresse de cette histoire, dont on ignore tout ou presque … Elle détient la vérité, et entend donner justice, mais au prix de quel sacrifice ? De quels efforts ? De quelle souffrance ? Il aurait été intéressant de connaître son évolution à elle, en tant que personnage à part entière et non (seulement) instrument de vengeance. Ne serait qu’à la toute fin, ce qui n’aurait rien enlever à la surprise du dénouement.

 

Vous l’aurez compris, ce que l’auteur vous propose ce sont les ravages qu’un homme suffit à engendrer, pour la satisfaction de sa supériorité, à laquelle il s’accroche ardemment. Rien ne saurait la mettre en doute, ou ne serait-ce que l’ébranler une fraction de seconde. Il ne tolère d’ailleurs pas, jamais, de souffrir tel affront, et les conséquences d’une remarque anodine, prennent alors d’inquiétantes proportions.

 

Le dénouement reste garant de son mystère jusqu’à la toute dernière page. Le dernier chapitre permettant, enfin, de voir dans son ensemble, le tableau si sombre qu’on devine au fil des pages. La psychologie des personnages, leur vécu émotionnel s’imbriquent très bien avec l’atmosphère et le déroulement du récit. Le rythme est soutenu et servi par une plume très fluide et simple.

 

En conclusion j’ai été particulièrement happée par l’intrigue, avide d’en connaître le fin mot. Les sujets abordés, bien que poussés à l’extrême, sont très actuels et de moins en moins banalisés. La société prenant, de jour en jour, la mesure des conséquences que certaines personnalités et certains actes peuvent engendrer sur leur environnement proche et éloigné.

 

J’ai été surprise par la conclusion de cette histoire, qui implique bien plus que les quelques phrases qui lui sont accordées. D’ailleurs, elle ne révèlera pas tout de son mystère, laissant là, dans la vengeance d’une femme, l’énigme de la construction psychologique d’un esprit malveillant.

 

Je suis étonné par la qualité du travail fourni par l’auteure, compte tenu du fait qu’il s’agit là de son premier roman. Et ne doute pas une seconde de l’avenir florissant qui l’attend dans l’écriture.

 

Aux amateurs de personnages antipathiques, à tout ce qui s’approche de près ou de loin à la construction solide d’un antagoniste manipulateur, pervers, au narcissisme démesuré, à la fois insensible et même parfois sadique. Ainsi qu’aux ambiances bien installées, à la mise en mots de souffrances (psychologiques, morales, physiques, somatiques) qui prennent des proportions alarmantes (pour le mieux), effrayantes (pour le pire) … Ce roman noir de Héloïse Couppel est écrit pour vous !