Elegant Floral Wedding Invitation Card.png

Résumé :

 

« “— Vous avez un cancer, je vous envoie à la maternité pour d’autres examens.” Retour à la maison, pas un mot entre mon conjoint et moi. Nous sommes tous les deux complètement sonnés, une nuit interminable nous attend.»

Cancer.


Un mot simple, mais qui convoque des sentiments extrêmes : la peur, l’impuissance, le désarroi.


Ce chemin, Christine Sanchez l’a emprunté et a décidé de nous plonger dans son courant de consciente. Elle met alors à nu le désarroi que provoque une telle annonce. Ses confidences intimes nous transportent vers une introspection profonde, une foi inébranlable en la vie.


Et le papillon… prit son envol est un cri d’espérance pour tous les malades ou pour tous ceux qui se sont perdus dans les méandres de leur parcours. Pour ne plus être esclave d’une souffrance, mais renaître en toute liberté par sa lumière intérieure.


Ses pensées sont un fil conducteur afin que chaque lecteur retrouve la flamme d’énergie et d’amour pour continuer sa route. Parce que prendre conscience de chaque instant est fondamental pour notre futur. Nos pensées et nos croyances sont déterminantes pour rayonner, vivre en harmonie avec soi et en faire le partage avec les autres.

Capture d’écran 2022-03-07 à 11.25.34.png

« Et le papillon … prit son envol » est un témoignage poignant d’un parcours médical ardu, dans la lutte contre le cancer, ou plutôt dans l’acceptation de celui-ci. 

 

Ainsi l’on découvre Christine, de la terrible annonce de son cancer, à ses traitements, de ses allers et venus en centre de soins, à de ses adaptations aux quotidiens en termes ; de routine, de liens sociaux et amoureux, de regards sur soi, d’équilibre émotionnel, etc… 

 

Le récit est judicieusement écrit, permettant au lecteur de se sentir proche de Christine. La narration est simple, intimiste, conseillère et bienveillante. Tandis que la dernière partie de ce petit livre s’ouvre sur un format différent, n’abordant plus l’énumération des étapes dans le parcours médical, mais préférant poser, noir sur blanc, des réflexions plus profondes et philosophiques en lien avec l'existence et son vécu. Une introspection qui se développe de page en page, se solidifiant à chaque pas révolu. 

 

Ainsi Christine évoque le terrible, le terrifiant, l’inconcevable de la pathologie, de sa prise en charge et des réajustements qu’elle implique.

Copie de Elegant Floral Wedding Invitation Card.png

Mais elle s’astreint aussi à dire, qu’il est possible, à défaut de bien vivre, « de mieux vivre » la situation. Qu’il existe une force, en tout un chacun, de choisir d’accepter, et de vivre le temps encore imparti. Qu’en se focalisant sur les remaniements et le positif qui en découle, il est possible d’obtenir quelques moments doux. 

 

Elle en vient à ne pas vouloir être défini par sa maladie, choisi de prévenir son entourage ou non, témoigne d’une ouverture partagée avec son conjoint, évoque vouloir vivre pour elle et non pas pour être / faire (comme depuis des années) ce que la société et « le monde » attendent d’elle … Elle en conclut même, que le cancer lui a offert une forme de liberté, à la fois de pensée et d’être. Elle s’autorise enfin à dire non, est à l’écoute de ses désirs et besoins, se montre tel qu’elle est. 

 

La notion du temps change. Chaque seconde devient précieuse, tandis que la tendance humaine à l’anticipation, quand le compte à rebours est indéfini et flou, s’étiole pour ne plus laisser la place qu’au moment présent. 

 

Il est également important de prendre en compte la situation d’un malade (quelle que soit sa pathologie), mais également primordiale de ne pas projeter ses angoisses sur lui. L’auteure, dans son récit, le traduit par son besoin de vivre son parcours médical seule (ou presque), par le fait de s’autoriser à ne pas porter le fardeau de ses proches en plus de son cancer.

 

Ici, Christine nous livre un message, un hymne à la vie, même dans la tourmente. Elle nous conte son histoire, une histoire terrible, mais porteuse d’espoir. Elle témoigne de sa résilience, de son acceptation, de son adaptation et de ses remaniements avec justesse et sincérité, sans jamais trop en faire, ou devenir moralisatrice. C’est léger et doux, instaurant un engourdissement à la lecture … On lit une page après l’autre, lentement, prenant la mesure de chaque mot, bercer par la capacité de l’auteure à positiver et relativiser. 

 

Vous l’aurez compris, ce petit livre propose une lecture d’apprentissage. Un moment qui ouvre les yeux sur le vécu d’une femme, malade, qui n’est pas définie par ce mal qui la ronge. Son parcours difficile, est jalonné par des moments tendres et réparateurs. Elle s’est retrouvé, elle, dans la débâcle, et s’est en quelque sorte réconcilié avec son existence, quelle qu’elle soit … 

 

En conclusion, j’ai passé un agréable moment de lecture, édifiant et apaisant. La philosophie de l’auteure m’a touché, tandis que j’ai refermé son livre avec le sourire.