Elegant Floral Wedding Invitation Card-4.png

Résumé :

 

Tout s’annonçait bien, en cette rentrée à la Sorbonne. J’étais acceptée dans le prestigieux cursus de thèse en langues sémitiques et hébraïques.
À moi les secrets des civilisations disparues !
Et puis Yann a débarqué. Cinquante ans, 1m80, cheveux argent coupés ras, blouson de cuir, énorme moto. Et prêtre, accessoirement.
Il m’a raconté une histoire invraisemblable de parchemins vieux de plusieurs millénaires qu’il aurait piqués dans les réserves secrètes du Vatican et qu’il voudrait que je traduise.
Au début, j’ai cru à un bizutage organisé par ma directrice de thèse. La traduction des parchemins allait sûrement aboutir à « Bravo, Aurore ! Bienvenue dans les meilleures années de ta vie ! »
Mais à l’université, les deux bibliothécaires qui auraient dû m’aider ont été torturés avant d’être tués. Et une créature terrifiante qui m’appelle « Aurore chérie » m’explique que nous allons faire équipe.

Moi, je ne suis pas croyante. Dieu et les anges, ça ne me dit rien. Mais je le sais maintenant, les démons, eux, existent.
Et le pire d’entre eux, Asmodeus, un roi des Enfers, vient de m’obliger à faire alliance avec lui.


Son but ? M’aider à déchiffrer les parchemins entre mes mains pour déclencher... le Huitième Jour.

Capture d’écran 2022-03-07 à 11.25.34.png

« Aurora » est ma seconde lecture chroniquée des écrits de Roxane Dambre, et autant dire que je me suis amusée !

 

Comme pour « Magda », l’intrigue orbite autour de la religion, tandis qu’une prophétie offre une nouvelle approche de la genèse. Ainsi, Dieu, père de toute chose, n’aurait pas terminé le travail de la création, et dormirait simplement, en attente d’être réveillé par ses ouailles, pour l’accomplissement du septième jour. 

 

L’héroïne, Aurore, aussi attachante que peu portée sur la religion, rencontrera un homme étrange, croisement impromptu entre un prêcheur et un agent secret … Ce duo détonant, s’associera par la suite à nul autre qu’As … Je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler. Retenez simplement, que ce que vous propose l’auteur, c’est une équipe à la fois très éclectique et étonnante. 

Dans cet univers, les anges comme les démons vivent parmi les Hommes, les uns restent en retrait, guident et soutiennent. Tandis que, les autres, eux, tuent, détournent, manigancent, et, bien sûr, prennent corps. 

Copie de Elegant Floral Wedding Invitation Card-4.png

Ce beau monde, s’alliera et s’opposera, dans la course au réveil imminent du créateur … 

 

Comme pour « Magda", ce roman offre une lecture à la fois rapide et légère. L’humour a davantage fait mouche avec « Aurora », me laissant fermer ce livre avec le sourire. On y retrouve la plume de l’auteure à la fois simple et fluide, ses personnages attachants, et sa facilité à instaurer un rythme soutenu (bien que plus effréné que pour « Magda »). Ici, il y a de l’action, pour des évènements qui n’en finissent pas de survenir, catastrophes après catastrophes. 

 

L’héroïne, sortie de sa routine universitaire, se voit donc prendre la fuite, résoudre une énigme, et accomplir quelques miracles ! Rien que ça !

 

Ici, Roxane Dambre propose à ces lecteurs plusieurs points de vue, et c’est très intéressant ! Ainsi, le lecteur témoigne des pensées de chacun des personnages, composants la petite / grande équipe, missionnée pour le réveil de Dieu lui-même. 

 

Pour ceux que le pan religieux pourrait inquiéter, il n’est pas question, entre ces pages, de prosélytisme. Aurore, bien qu’accompagnée d’un prêtre, n’est pas croyante, et passe la plupart de son temps à tout mettre en doute. Bien sûr, l’intrigue implique de rendre le tout réel dans le récit, mais après tout pourquoi pas ? 

 

Contrairement aux autres écrits de l’auteure, il n’est pas question de romance dans « Aurora ». Pour autant, les affects occupent une belle place dans cette histoire, entre ; attachement, amitié, dévotion, foi, loyauté, appartenance, etc… 

 

Dans ce one shot, les aventures de Aurore nous font voyager de Paris à Jérusalem, de la Sorbonne au Saint Sépulcre, au gré d’un décryptage attrayant et mystérieux. L’auteure a également pris le temps de décrire les paysages, et de parler de certains aspects propres aux endroits visités par ses personnages (nourriture, moyen de locomotion, climat, etc…). 

 

Enfin, l’ambiance, bien que la tension soit au rendez-vous, et les cadavres nombreux, est bon enfant, bien moins sombre que pour « Magda ». Une morale basée sur l’amour de l’autre, le partage et la confiance, laisse ses traces (en filigrane) sur toutes les pages. Même un démon, qui pourtant, tente de tirer son épingle du jeu, s’éprouve bien moins désagréable qu’attendu … je dirais même vraiment sympathique. 

 

Ce roman, visant le lectorat young adult, saura, j’en suis certaine, ravir ses lecteurs, et même, tenter et faire sourire les plus âgés (comme moi). Ici, il ne saurait y avoir de place pour l’ennui. Les pages défilent, pour une lecture rapide et sans accroc. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un coup de coeur, j’ai passé un agréable moment, très amusant. Il reste à noter, pour clôturer cette chronique, que j’ai préféré « Aurora » à « Magda » qui est plus rythmée et présente une héroïne moins torturée.