Elegant Floral Wedding Invitation Card-3.png

Résumé :

TROIS TIREURS armés jusqu'aux dents lâchés dans un " environnement " public aléatoire délimité. Un but : abattre le plus de personnes possible. Une promesse : un énorme paquet de fric pour celui qui quitte les lieux indemne.

Si l'une des "cibles" met hors d'état de nuire l'un des tireurs et survit, une part du pactole lui échoit. Des règles simplissimes, et des dizaines de drones qui filment le tout pour le plus grand bonheur de millions de spectateurs hystérisés, d'annonceurs aux anges et de John McDean, producteur et chef d'orchestre de Vigilance, le show TV qui a résolu le problème des tueries de masses aux Etats-Unis...

Elegant Floral Wedding Invitation Card-3.png
Capture d’écran 2022-03-07 à 11.25.41.png

« Vigilance », propose une Amérique du futur, extrémiste, se délabrant, surtout blanche, nationaliste, xénophobe, à la limite du fanatisme… Vous l’aurez compris, 400 pages, on ne peut plus sombres, faisant l’apologie du port d’arme et de « l’héroïsme ». D’un passage à l’acte pour défendre, prémunir, protéger ses biens, son pays, ses proches, de l’envahisseur, du méchant, du mécréant… Dont les intentions sont floues, pour ne pas dire imaginaires.

Un pays, qui s’enlise dans ses croyances, ou plutôt sa mauvaise foi, faisant face au départ en masse des jeunes générations (qui espèrent trouver un monde meilleur, plus avancé et moins violent), pour ne plus se retrouver qu’avec une population vieillissante, aigrie, suprématiste et même délirante… Qui se pense, menacée, d’abord et surtout par les étrangers, mais aussi, par leurs propres compatriotes. Une Amérique dépeinte comme méfiante, vigilante, galvanisée par la peur et le déni.

Un récit dystopique original, nous propose de passer un moment lecture auprès d’un homme désabusé, mais avide. A la tête d’une émission aussi sordide que grotesque. J’ai nommé, « Vigilance ». Mais aussi, auprès d’une jeune femme aux prises avec ses espoirs et ses désillusions. Offrant au lecteur une double narration, qui offre deux points de vue d’une même situation.

Une histoire alarmante, cauchemardesque, reprenant des faits avérés et connus tels que la téléréalité, l’escalade de la violence, les dérives ou plutôt la banalisation du port d’armes en Amérique du Nord. Mais aussi, et c’est important de le souligner, l’endoctrinement, la manipulation active par les médias, d’une population tout entière. Le tout, bien sûr, poussé à l’extrême, mais pas exploité à son plein potentiel selon moi.

L’auteur nous propose donc une immersion dans un futur relativement proche, auprès d’hommes et de femmes angoissés, arrivistes, épiés par ceux qui jouent avec leurs destins, en toute connaissance de cause… Dans un quotidien jalonné par des émissions plus ou moins espacées, mettant en scène de véritables massacres. Des tueries orchestrées avec l’aval de la population (ciblée par des tireurs triés sur le volet), contre rétributions financières si un civil parvient à assassiner l’un des assaillants et survit. Bien sûr, ça n’est vrai, que si le (ou la) survivant(e) répond aux critères du patriote parfait (en sommes, qu’il soit Caucasien, de préférence, américain).

Les assaillants / les méchants, desquels sont dépeints des portraits peu valorisants, doivent engendrer chez le téléspectateur de l’angoisse, du stress. Ils doivent donc susciter la peur, mais surtout, l’envie de les voire mourir. Les élus, volontaires (toujours), sont choisis pour leurs aptitudes à tuer, mais pas à survivre (il faut ce qu’il faut pour faire de la « bonne télé » mais surtout des bénéfices). Bien sûr, afin d’encourager les candidatures, une belle somme d’argent attend celui qui survivra à l’épisode. Le but étant, que les civiles anticipent (pour ceux qui visionnent, par pour les organisateurs) et se défendent avec brio des envahisseurs.

Vous l’aurez compris, ce livre dépeint une Amérique très caricaturée, extrémiste, au coeur de laquelle sévit l’apologie du port d’arme et de la violence. Un Pays dans lequel, les citoyens américains sont volontaires pour participer à des fusillades masses, non contrôlées, si ce n’est ; pour introduire les tireurs et barrer les issues. Le tout, pour que ceux qui sont épargnés puissent s’amuser du visionnage, critiquer les mourants, ou encore se fantasmer héros du jour, survivant, patriote vigilant et entrainé.

L’envers du décor revient à l’émission, aux publicitaires qui font du profit sur la misère du monde. « Satire » du fonctionnement médiatique actuel (loin de la moquerie, très caricaturale et poussée à l’extrême).

Bien que j’aie trouvé le fond un peu gros, que j’ai même été agacé par les choix de l’auteur quant à la bêtise allouée au peuple américain. J’ai dévoré ce livre en quelques heures. L’auteur maîtrise son récit, distille les péripéties au gré d’un rythme effréné. Illustre la faciliter avec laquelle un individu peut être espionné, manipulé ou encore tué. Le tout dans un univers terrifiant, pour des personnages, bien que peu travaillés (ça se justifie par le fait, que le lecteur est spectateur des coulisses de l’émission, au même titre que la population américaine l’est de « Vigilance »), intéressants.

J’ai eu du mal avec le dénouement, qui, bien qu’explicité par les choix scénaristiques de l’auteur, m’a paru mal dosé, pour ne pas dire peu crédible.

Pour autant, j’ai passé un bon moment lecture, qui m’a tenu en haleine. C’est un livre qui ne peut laisser son lecteur indiffèrent. Un roman percutant, qui fait froid dans le dos !