Elegant Floral Wedding Invitation Card-3.png

Résumé :

Vivre uniquement le moment présent ! Telle est la philosophie de vie que Béatrice applique depuis toujours. Pourtant, derrière cet adage bienveillant se cache un profond déni qu’une séance d’hypnose va faire resurgir.

Béatrice souffre d’amnésie traumatique suite à une tragédie vécue à l’âge de sept ans… Un évènement qui pourrait être à l’origine d’une addiction qu’elle nomme sa « part sombre ».

Pour comprendre ce qui s’est passé et les conséquences qui en ont découlé, elle n’aura d’autre choix que de retourner sur les lieux de son enfance. De confessions en résurgences, le puzzle va se reconstituer. Mais ce qu’elle va découvrir est à mille lieues ce qu’elle aurait pu imaginer.

Elegant Floral Wedding Invitation Card-3.png
Capture d’écran 2022-03-07 à 11.25.41.png

Sugar baby love n’est pas une lecture douce et légère. Ce roman nous emporte dans les méandres traumatiques de son personnage principal.

J’ai nommé Béatrice ; bientôt quarante ans, imbue d’elle-même et se fourvoyant complètement. Un personnage, les premières pages, antipathique à souhait, torturé d’abord inconsciemment puis consciemment. L’auteure nous la dépeint sous une lumière crue.

Ici, sont abordés les secrets de famille, les remontées traumatiques, le besoin de réponse, l’emprise, les conflits de loyauté, l’identification, l’auto-destruction, etc…

Le lecteur suit les élucubrations de Béatrice, spectateur bien placé dans son esprit. Elle nous témoigne de sa quête et des angoisses qu’elle fait resurgir. Le tout a travers une narration a la première personne, qui, pour ce genre de récit, est selon moi, un très bon choix.

Entre une enfance effacée par les mécanismes de la censure psychique / du refoulement, et les réminiscences traumatiques inattendues et surprenantes.
Le lecteur observe le désarroi et la descente aux enfers de cette femme, aux allures impitoyables et sûr d’elle.

Un récit que rien n’épargne, porté par une jolie plume, fluide et moderne. Un parcours qui prend les allures d’un cauchemar éveillé, faisant ressurgir failles et vulnérabilité.

On perçoit le travail de recherche de l’auteur ; entre pratique connue, théories psychanalytiques (aujourd’hui controversées) et cadre thérapeutique. Une intrigue et un déroulement qui se tiennent et évoluent avec logique. Tout s’imbrique, pour le plus grand malheur de Béatrice (qui jusqu’ici ne s’était jamais imposée une introspection aussi poussée).

L’auteur a le sens de la lecture immersive, on s’implique, on a autant envie de découvrir la vérité que Béatrice. Une histoire, aux pièces qui s’imbriquent petit à petit, justifiant chaque page, chaque description, chaque mot. Point de longueurs ici !

L’auteure a fait le choix de nous laisser libre interprète de l’après révélation. Elle nous a fait témoin d’un avant et d’un pendant. Rendant petit à petit Béatrice plus appréciable, explicitant son fonctionnement et ses réactions par un vécu qui n’a jamais été explicité, ni mis en sens, empêché de ne devenir qu’un pan d’une histoire… jusqu’à l’ultime résurgence…

Bien que court, c’est un roman à lire pour les amateurs de drames. Une lecture prenante, qui installe une atmosphère malaisante, laissant pressentir, avant de la lire, l’histoire d’une petite fille à jamais marquée… que je ne regrette pas du tout. Avertissement tout de même, cette lecture n’est pas à placer dans toutes les mains (contenu proche de la réalité de certains / certaines, inadapté à un jeune lecteur).

En conclusion, une histoire intéressante, poignante, qui retient l’attention et mobilise des émotions.