Elegant Floral Wedding Invitation Card-3.png

Résumé :

De nos jours à New York, un jeu meurtrier est sur le point de commencer : l'Agôn. Tous les sept ans, pendant une semaine seulement, neuf dieux grecs sont forcés de parcourir la Terre en tant que mortels pour avoir osé défier le grand Zeus. Ils sont chassés par les descendants de lignées prestigieuses, tous désireux de tuer un dieu et de s'emparer de son pouvoir ainsi que de son immortalité.

Après que sa famille a été brutalement assassinée par une lignée concurrente, Lore a fui ce monde brutal, tournant le dos aux promesses de gloire éternelle de la chasse. Pendant des années, elle a repoussé toute idée de vengeance envers l'homme, maintenant un dieu, responsable de la mort de ses proches.

À l'aube de la nouvelle chasse, deux participants recherchent la jeune femme : Castor, un ami d'enfance que Lore croyait mort et Athéna, l'une des dernières divinités d'origine, qui est grièvement blessée. La déesse lui propose une alliance contre leur ennemi commun et un moyen de quitter l'Agôn pour toujours. La décision de Lore de lier son destin à celui d'Athéna aura un coût mortel et ne sera peut-être pas suffisante pour stopper l'essor d'un nouveau dieu dont le pouvoir pourrait détruire l'humanité.

Elegant Floral Wedding Invitation Card-3.png
Capture d’écran 2022-03-07 à 11.25.41.png

« Lore », est un roman qui prend le parti de plonger son lecteur au coeur de son intrigue dès les premières pages. Une entrée en matière qui induit un temps d’adaptation, de l’incompréhension (flou quant à la contextualisation). Heureusement, ça ne dure pas longtemps. Malheureusement, ça a joué sur mon immersion dans l’histoire.

Une aventure, effectivement, à la croisée de « Hunger Games » et « Percy Jackson » (ou plutôt « Mortal Instrument », qui exploite moins le concept mythologique). Aux péripéties travaillées et au rendez-vous au-delà de mes espérances. Pour un rythme effréné, mais inégal (selon moi). Partir sur les « chapeaux de roue » pourquoi pas, mais pas pour s’enliser ensuite lorsque s’installe l’intrigue.

Un one shot, qui, vous l’aurez compris, amène son récit maladroitement, mais tire toute de même son épingle du jeu. Pour une intrigue originale, mais pas suffisamment exploitée à mon goût.

Je pense qu’un lecteur, qui n’a aucune notion quant à la mythologie grecque, peu s’y perdre rapidement.

Au-delà, l’intrigue se distingue de ce qu’on a l’habitude de lire, il faut l’admettre. Il est même appréciable, de constater des retournements de situations, qui s’enchainent inlassablement au coeur de ces pages.

En revanche, j’ai rencontré des difficultés dans ma lecture. En cause ; les erreurs de ponctuation et de traduction. Une problématique qui a certainement contribué à me faire décrocher plus d’une fois, et c’est dommage.

On note également un enchainement prévisible, reprenant des concepts déjà vus, pour des propositions à la limite du cliché. Tandis que l’exploitation de la mythologie, pourtant bien amenée, m’a laissé sur ma faim. Elle fait office de socle au récit, est présente en toile de fond, justifie les évènements, mais ni plus, ni moins.

La romance est convaincante. Tandis que les personnages, bien que travaillés, ne m’ont pas transcendé. D’ordinaire, ça m’importe peu, mais concernant ce livre, ça ajoutait à mon manque d’intérêt croissant. La faute, certainement, à des fonctionnements immatures et des personnalités stéréotypés.

Une histoire fantastique, mythologique, qui évoque des sujets comme le féminisme et l’écologie, de façon très directe. Mais après tout pourquoi pas ? Pour un roman qui pose son décor avec facilité, emportant son lecteur au coeur de New-York. Dans une ambiance à la fois mystérieuse et épique.

Le dénouement du conflit, m’a perturbé, paru peu crédible au vu de la construction des antagonistes. J’aurais apprécié quelque chose de plus travaillé, approfondi. J’y ai vu beaucoup de facilités.

Mais, contrairement à certain(e)s lecteur(trice)s, la fin ne m’a pas déçue. J’ai même trouvé que c’était, là, le véritable trait d’originalité de ce roman. Pour une fois, les personnages n’idéalisent ni l’immortalité, ni le pouvoir. Aspirent à la simplicité… Je m’y suis retrouvé.

En conclusion, un vécu mitigé de cette lecture, qui construit son récit sur les codes de la littérature fantastique young adult sans jamais s’en écarter. Une tendance qui entache l’originalité de l’intrigue, qui se retrouve habiter par des personnages qui oscillent entre puérilité et héroïsme. Le tout ayant pour conséquence, de compromettre les idées pourtant ingénieuses de l’auteure.

Je n’ai pas éprouvé le plaisir du frisson qu’aurait pu engendrer une telle histoire, ou encore l’irrépressible envie d’en tourner les pages. J’ai lu avec plaisir, mais n’ai pas été exaltée. Malgré une narration dynamique et intéressante, la plume est simple, dénuée de fioriture.