Elegant Floral Wedding Invitation Card-3.png

Résumé :

« Une nuit, le fils de l’officier Fress voit de hautes flammes s’élever au-dessus du Manoir du Hérisson. Cette maison de plaisir se trouve dans les terres isolées de Lhaard, puissante civilisation du Troisième Monde. Chargé d’investiguer, son père y découvre les vestiges d’un sacrifice rituel d’une invraisemblable cruauté.

Alors qu’une guerre silencieuse pour la domination globale ravage le Troisième Monde, contre l’avis de tous, Fress s’enfonce dans le labyrinthe de secrets qui entoure le Hérisson. Une course contre la montre s’engage. Survivra-t-il à son enquête ? Parviendra-t-il à faire mentir oracles et prophètes avant que le monde s’écroule ?

Pour le premier tome de L’Excrémentielle, Aroen Radwanoff nous plonge dans les manigances politiques d’un univers menacé. Une vision noire, sans concession ! »

Elegant Floral Wedding Invitation Card-3.png
Capture d’écran 2022-03-07 à 11.25.41.png

« L’excrémentielle », c’est une lecture immersive au coeur d’un univers nouveau, régi par une Histoire, des cultures, des croyances, distinctes des nôtres, même si parfois similaires.

Au menu ; intrigues politiques, quête de pouvoir, espoirs d’émancipation et d’indépendance, prémices de guerre, questions éthiques, manipulations et manigances en tous genres… Mais aussi, voyage spatial, clones, monarchie, enquête, …

Cette fiction s’engage politiquement et socialement tout au long de son récit. Ici, le consumérisme prend toute la place tandis que le totalitarisme est roi. Le tout dans un monde où chacun a une place bien établie, de laquelle il peut difficilement (voir pas du tout) s’extraire, au sein d’une société uniformisée, dans laquelle la surveillance est le quotidien de chacun.

Il est surtout question de la gestion du pouvoir et des moyens employés pour le conserver, l’asseoir, donner le change sur / au peuple, qui, malgré son grand nombre, se soumet inévitablement. Qu’il soit manipulé par les discours politiques appelants à la haine et détournant son attention, ou par la création de besoins ridicules.

Ici, est surtout illustrée la facilité avec laquelle un gouvernement adroit, peut modeler les consciences quelle que soit la diversité de ceux qui composent son auditoire / audimat. Une illustration réussie de l’endoctrinement, de l’effet de masse et des questions propres à la manipulation (quelle qu’elle soit).

Une notion apparaît en filigrane tout au long de cette lecture, et c'est bien entendue, celle de la liberté (d’être, de changer, de penser, de s’exprimer, de s’élever, de renoncer, etc…). Bien sûr, ces sujets font écho à notre contexte actuel, mais ne sont pas les seuls à habiter ce livre.

L’auteur nous emporte également aux prémices d’une enquête qui commence avec une attaque à la bombe d’un manoir des plaisirs. Un manoir excentré, isolé près d’une forêt, n’ouvrant les portes de ses boudoirs et chambres, qu’aux riches et leurs fantasmes.

Nous suivons alors les investigations d’un père célibataire et de son second, tous deux miliciens, l’un sous les ordres de l’autre. Deux hommes qui se retrouvent aux prises avec une enquête qui prend de plus en plus d’ampleur. Promets même un véritable cataclysme. Tandis qu’une guerre silencieuse place insidieusement ses pions sur l’échiquier.

Une histoire travaillée, à l’univers complexe, pour des péripéties et des personnages qui l’investissent avec fluidité et cohérence. L’auteur emporte son lecteur dans une véritable course contre la montre, pour un récit exaltant et addictif. Le tout au coeur d’une intrigue très bien ficelée.

Vous l’aurez compris, j’ai été conquise. Le résumé m’avait intrigué et la couverture beaucoup plu. Mais son contenu est allé au-delà de mes espérances. Des cartes, des extraits, assurent au lecteur de se saisir de l’Histoire murement pensée de cet univers, entre ; science-fiction, anticipation et dystopie.

Un roman servit par une plume intéressante, qualitative, au vocabulaire étendu et à la syntaxe changeante, mais claire, parfois même concise. Ces qualités d’écriture assurent alors une lecture fluide, sans accroc, malgré les 800 pages, qu’impose ce premier tome du « Troisième monde ». Ne vous fiez pas aux quelques 20 premières pages dictées par les allocutions d’un personnage à l'expression alambiquée, tout le reste du récit est très accessible. Cette entrée en matière s’avèrent pour autant par la suite, très utile, à la compréhension de certains évènements.

Les chapitres sont courts et même divisés en plusieurs parties. Chacune d’entre-elles impliquant un personnage en particulier et ses aventures. Une mise en page judicieuse et aérée qui apporte à ce moment lecture édifiant, accessible et régulier.

Un roman qui se veut à la fois futuriste et familier, qui assure une immersion réussie aux côtés de personnages travaillés, aux personnalités diverses et poursuivant des chemins différents. Des protagonistes à la psychologie argumentée, qui subissent les affres d’introspections et de remises en question. L’auteur a pris le temps de nous narrer leur passé, leur évolution et leurs espoirs, ce qui les rend tous crédible. Tout est très cohérent. Tandis que les relations, ainsi que les interactions entre les personnages, sont tout autant réalistes.

En conclusion, une lecture d’une richesse inattendue, parfois exigeante, au rythme soutenu et aux imbrications judicieuses, pour une intrigue alimentée page après page, qui ne se dévoile jamais assez pour en anticiper la fin. Un livre sombre, au contenu qui oscille entre ; une thèse, funeste tableau d’une société bien trop familière et un roman noir au contenu parfois cru, même violent.

Bref, un premier tome duquel j’attends la suite, dont je suis ravie de contribuer à la diffusion, qui m’a beaucoup apporté à la lecture, et surtout, assuré un excellent moment !